Généalogie et continuité
Hommages
Cérémonies d'hommage à Jérusalem
Actualité Juive : “Poursuivre l’Œuvre du Grand Rabbin Bénamara”
Cérémonie à la Grande Synagogue Buffault
Publications et Études en Israël
Cérémonie au Centre Rambam
Conclusion
Retour à la page d'accueil

Pour toute remarque, suggestion, promesse de dons, etc.

En construction

Éditorial radio sur la fréquence juive

Éditorial sur la fréquence juive 94.8
Octobre 2001
Une grande figure du Judaïsme vient de nous quitter ; Rabbi Rahamim Benamara était un de ces êtres d'exception dont la vie a été totalement consacrée au bien d'autrui, à faire le “HESSED” dans tous les domaines : qu'il s'agisse d'aider les plus faibles et les plus démunis, d'apporter un soutien moral à toute personne dans la détresse particulièrement au moment du déclin et de la vieillesse, de courir après le “CHALOM” ramener la paix dans les couples, les communautés…
Le tout avec le sourire et le rayonnement qu'apportaient ses douces paroles pleines de charme et de sagesse.
Il a été “DAYAN” - Juge rabbinique - notamment dans la grande communauté de Casablanca avant de monter en Israël où il est devenu “Rav” à Jérusalem pour les Districts de Kiryat-Menahem et Ir-Ganim.
II a ainsi mis en application son amour pour Israël qu'il cultivait depuis sa plus tendre enfance.
Tout en respectant la rigueur et l'intégrité qu'implique sa fonction de Juge, il est resté imprégné du “KISSE RAHAMIM”, les principes de bonté et de miséricorde qu’évoquait son nom Rahamim.
C’est ainsi que de nombreux couples sont venus au Tribunal pour exiger le divorce et sont partis réconciliés dans la joie, prêts à consolider une famille unie dans le bonheur.
II fallait beaucoup d'acharnement et de sens psychologique pour éviter ces ruptures qui peuvent être souvent demandées sur un simple coup de tête et avaient par la suite des conséquences désastreuses.
Concernant les personnes âgées, il a fait sien ce verset des Psaumes : “Ne me rejette pas à l’heure de la vieillesse - Lorsque mes forces s’épuiseront ne m’abandonne pas”.
C’est ainsi qu'il a créé les associations “TEHILA LEDAVID” et “HADESH YAMENOU” qui s’occupent d’encadrer les personnes âgées, souvent isolées ou délaissées dans les maisons de retraite, afin de leur redonner un motif de revivre sur le plan social et spirituel.
II y avait la lecture des “TEHILIM” ou du “TALMUD” pour ceux qui le pouvaient, dans une ambiance joyeuse et chaleureuse.
Grâce à ses oeuvres, il pouvait payer les maîtres, leur organiser des festivités empreintes de spiritualité notamment, lors des “HILOULOT” et des “TAANIT ADIBOUR” (“le jeûne de la parole”) qu’il organisait toutes les veilles des néoménies.
Grâce à la troisième institution qu’il a fondée “HESSED VERAHAMIM” il pouvait venir en aide à toute personne dans le besoin par des dons ou des prêts sans intérêt pour aider à passer les moments difficiles, des fêtes, mariages, Bar Mitzva …
Enfin il nous a légué un merveilleux héritage que sont ses livres de sagesse et de savoir-vivre dans l’esprit de la Thora.
En hébreu : “Leet Metso” (3 volumes) – “Téchouat Tsadikim” (2 volumes) – “Sefer Hadrakha Lamichpaha Haihoudit”
En français : A l’Heure de Vérité - Le Guide du Parfait Savoir-vivre - Le Cycle de la Vie juive.
D’autres ouvrages sont en cours d'impression.
A noter que les droits d’auteurs de ces livres qu’il a écrits de jour et de nuit alors qu'il était déjà âgé et bien fatigué, reviennent exclusivement aux trois institutions qu'il a créées.
Dans le testament spirituel qu’il a publié dans son premier livre (il y à déjà 13 ans), il demandait à ses enfants de ne ménager aucun effort pour poursuivre et entretenir ses oeuvres après sa mort.
Un testament complémentaire a été écrit en date du 7 Adar (jour de la mort de Moïse) en 1993, il implorait D. d’avoir une mort analogue à celle de Moise : “Binchika” : que son âme soit retirée de son Corps par un simple baiser de la “Chekhina” - sans souffrance ni dégradation.
Son vœu a été exhaussé car “ce que demande le Tsadik, D. l’accomplit”.
Il a quitté ce monde subitement, le premier jour de Roch Hachana, le visage rayonnant de joie et de sainteté après avoir fait sa prière, après avoir lu la MICHNA et les TEHILIM, et écouté les cent sons du CHOFAR.
C’était à l’Heure où, selon la mystique juive, D. ouvre les portes du GAN EDEN et se réjouit avec l’âme des TSADIKIM : “Séou Chéarim Rachékhem…” “Ett Chaaré Ratson Lé Hipateah”.

Un hommage lui sera rendu à la synagogue Buffault pour les CHELOCHIM le Mardi 23 octobre à 18h30 en présence de nombreux rabbanim.
Toute la communauté y est conviée.

Puisse sa bonté et son dévouement rester un exemple pour nous tous, dans cette période tant marquée par la terreur et la haine. Et que sa lumière rayonne dans tous nos foyers. Amen.